Qui je suis ? Sorg le jeune

mystman
Ces lignes ont été rédigées en essayant de retranscrire le mieux possible la vision et les sentiments du jeune Sorg. Ils sont donc à replacer dans leurs contextes, ils peuvent sembler caricaturaux mais c'est ce qui est resortit quand j'ai repensé à cette période. (Ce qu'on peut être idiot jeune...) 

Je suis Sorg le Gros, l'autre a eut une bonne enfance avec de bons parents. Une scolarité chanceuse émaillée de quelques incidents concernant l'absentéisme, Hormis cela il a toujours été chanceux dans sa scolarité, notes moyennes sans rien faire en dehors des heures de cours. Son secret c'était écouter, rien de plus. puis arrive l'adolescence début de MA vie. J'étais déjà un peu enveloppé à l'époque, mais l'autre, il pensait à l'époque que ce n'était pas un problème. J'avais le champ libre. De mon adolescence jusqu'à maintenant, il s'est toujours obstiné à penser que le physique n'était pas une priorité pour une femme. Il faut bien avouer que malgré ce qu'elles disent dans de beaux discours, ou ce que l'on peut voir dans les films à l'eau de rose, les chances de trouver quelqu'un s'hypothèquent rapidement quand on est pas dans la norme.
Pour combler ce désavantage, j'ai toujours tout fait pour être quelqu'un de bien, de gentil, être à l'écoute des autres, être toujours disponible, mais à ce que j'ai pu constater dans ma génération, être gentil fait passer pour un faible. Je ne compte plus les femmes qui ont préféré, les violents, les coureurs de jupons, les profiteurs, les affamés, qui les ont fait et qui les font encore souffrir à l'heure actuelle.
Colère, incompréhension et impuissance, voila en 3 mots comment je qualifiais ma vie sentimentale étant adolescent. (attention pas impuissant dans le sens sexuelle)
- En colère contre les filles qui préféraient le prototype même du collégien-lycéen, creux de la tête, rebelle, j'm'en foutiste, habillé en survêtement, casquette avec les chausettes remontées sur le jogging.
- L'incompréhension quand on voit des filles se laisser manipuler par ces mecs qui n'ont pas de concidération pour elles, qui s'en foutent à partir du moment où ils peuvent la peloter ou la sauter. Et au final voir ces même filles me confier que leur mecs sont des cons sans sentiments mais qu'elles les aiment quand même, puis partent dans leur discours de : 'Je ne peux pas vivre sans lui' me dépassaient trop.
- L'impuissance est sans doute le pire des sentiments car on voit la personne souffrir, on voit la personne se faire manipuler mais peu importe ce que je pouvais dire, ca finissait par 'Je l'aime'. A ce moment là, je me suis dit que les filles participaient activement à la dégénérécence de notre jeunesse. Les plus idiots, les plus irrespectueux gagnaient l'admiration des filles. Et pour ces raisons, Je ne voyais pas pourquoi ils changeraient de comportement étant adulé et récompensé de leurs attitudes.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :